Patron veste tweed Chanel

Comment une petite veste tweed Chanel a-t-elle pu révolutionné la mode ? La pièce préférée des filles stylées demeure le classique intemporel de la rue Cambon. Voici cinq anecdotes à savoir sur elle.

«  La veste Chanel ne passe jamais de mode, c’est son côté intemporel qui lui assure sa modernité », explique Karl Lagerfeld. Et comme tout objet culte, son design est avant tout lié à des contraintes : se remettre en place toute seule, un tissu étanche mais chic, des poches pour y glisser ses affaires, une nuance moderne, des bas de manches qui s’ouvrent pour l’enfiler facilement.

Le tombé de la veste tweed Chanel

Si sa forme est inspirée des vestes d’homme autrichiennes, ce qui fait la signature de la veste Chanel est son allure chic et désinvolte. Comment fait-elle pour se remettre en place malgré sa légèreté ? Réponse de Gabrielle Chanel : un ourlet plombé d’une chaînette. « L’élégance du vêtement, c’est la liberté de bouger », affirme la créatrice qui va mettre au point des astuces techniques qui vont révolutionner ce vêtement. La doublure et le tissu sont coupés dans les mêmes panneaux ce qui permet à la veste de bouger avec le corps et lui assure son tombé souple et parfait.

Les poches de la veste tweed Chanel

Elles sont quatre, empruntées du vestiaire masculin. Si les deux du bas ont été imaginées pour y glisser les mains, celles du haut, Gabrielle Chanel les avaient pensées pour y ranger ses cigarettes et ses lunettes de vue.

Le tweed de la veste tweed Chanel

Gabrielle Chanel est une femme qui bouscule les codes du prêt-à-porter, en mixant les registres, les références. La matière de sa veste ? Du tweed, emprunté aux hommes, et aux vestes de chasse qu’elle piquait à son amant, le duc de Westminster. Un tissu étanche au froid et à la pluie que Karl Lagerfeld réinvente à chaque collection avec des broderies différentes, des tissages de fils en tout genre comme de l’organza ou des fils en plastique coloré type scoubidou.

Le noir

Couleur, couleur, couleur, tout est très coloré à l’époque. Sur la mode, Elsa Schiaparelli règne en maître. Mais Gabrielle Chanel déteste sa rivale et son style n’est pas à son goût. Dans les années 60, elle choisit le noir, autrefois couleur du deuil, du clergé et des domestiques, pour habiller sa veste. Cette veste qui fait écho à la petite robe noire créée en 1926 démode ainsi les excentricités de l’époque.

 

Les boutonnières

Au bout des manches, des boutonnières, pour mieux l’enfiler et l’enlever. Non contente de faire une veste qui suit les mouvements de la femme, Gabrielle Chanel veut aussi un vêtement facile à enfiler et à enlever. Celle qui portait des boutons de manchette, décide donc d’introduire une boutonnière. Un détail, et pas des moindres, puisque les boutons signent le thème d’une collection Chanel comme le camélia, les perles, l’épi de blé ou encore le lion et sont sans cesse réinterprétés par Karl Lagerfeld.

 

L’info en plus

Le Kaiser de la mode lui rend hommage en 2012 dans un livre  » La Petite Veste noire : un classique de Chanel revisité par Karl Lagerfeld et Carine Roitfeld  » en faisant poser cent huit personnalités de la mode et du spectacle. C’est un modèle issu de la collection Croisière 2010-2011 qui est réinterprété sur chaque photo.

Télécharger le patron_de la veste_chanel  trouvé sur le site https://www.ohmotherminediy.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *